AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Eillieleen Schäfer Dim 18 Déc - 23:31
Eillieleen Schäfer

▬ ft. Cara Delevingne

 Âge : 23 ans.
Occupation : Secouriste/Ambulancière.
Nationalité : Allemande.
Situation conjugale : Célibataire.
Groupe : Sensitif.

   

Eillieleen Schäfer
« Notre vraie nationalité est l’humanité. »
Caractère
• Cultivée • Généreuse • Énergique • Volontaire • Sociable.

J’ai toujours entendu dire de moi que j’étais une fille plutôt souriante, heureuse et pleine de vie. Un petit rayon de soleil pour son entourage, sa famille, ses amis. C’est sûrement en partie vrai. Je crois fermement que la bonne humeur se provoque, se conditionne même. Bien sûr, comme tout le monde, j’ai mes périodes de coups de blues, de déprime passagère. Mais j’ai tendance à toujours vouloir positiver, voir le bon côté des choses, des gens plutôt que le contraire. Ce doit être une forme de philosophie de vie j’imagine, qui me vient principalement de mon père. Il a toujours su affronter dignement les problèmes, convaincu d’être capable de trouver une solution et que, malgré les épreuves, il en ressortirait plus grand, plus solide, plus expérimenté. Selon lui, toutes les difficultés rencontrées dans une vie, les obstacles sont autant d’épreuves pour nous tester, nous forcer à évoluer, à nous adapter. On peut choisir de se laisser couler, de pleurer sur son sort, ou l’on peut se relever les manches et se battre.

De nature calme, j’apprécie les moments de silence, de solitude. Pas que je ne sois particulièrement sauvage ou associable. Au contraire. J’aime également être entourée de monde, de mes amis, de ma famille. Mais je reconnais parfois avoir besoin de moment pour moi. Je suis une grande rêveuse. Il m’arrive parfois de passer de longs moments seule, au calme, juste à réfléchir, méditer, me laisser dériver simplement dans mes pensées, avec elles. J’aime cet état, que je trouve très reposant et sain. Parfois, j’éprouve l’envie folle de faire la fête, de remuer, me dépenser, m’amuser. Aussi, il m’arrive d’aller danser en boîte avec mes plus fidèles amies, toujours partantes naturellement pour ce genre de soirées. On a nos petits rituels et malgré les années qui passent, on sait toujours autant rire de tout et surtout de rien. Je suis aussi une sportive accomplie. Enfin, plus ou moins. Je fais un métier qui demande de l’endurance, une très bonne condition physique. Alors je n’ai pas le droit de me relâcher. Et puis depuis toute jeune, j’ai le goût du dépassement de soi. J’ai pratiqué longtemps par exemple, la gymnastique en club, jusqu’à mon adolescence.

Cultivée, plutôt intelligente même si je ne considère pas qu’acquérir un savoir est une forme réelle d’intelligence, j’apprécie de pouvoir débattre, parler de tout. Bien sûr, comme tout le monde, il m’arrive de plus ou moins m’emporter face à une argumentation que je considère comme déviante ou infondée, ridicule et contradictoire. C’est que j’ai mon petit brin de caractère aussi, il ne faut pas croire. Plutôt généreuse, je suis attentive envers mon prochain. C’est une qualité indispensable lorsqu’on exerce ma profession. Je fais preuve d’empathie assez facilement, capable de me placer dans la situation de l’autre pour mieux essayer de comprendre ses choix. Mais je peux être aussi assez sévère et rude lorsque je me sens trahie, trompée ou manipulée. Je déteste l’hypocrisie, le mensonge par-dessus tout !

Plus généralement, je pourrais vous dire que je suis proche de mes parents, ma famille en général, que j’apprécie et suis appréciée par mes collègues. Nous formons une petite famille et c’est très agréable, réconfortant de savoir que je peux compter sur eux, même au cœur du danger, quand notre vie est remise en cause. Je suis une grande fan de cinéma, de musique et d’ordinateur. Je vais terminer par vous avouer quelques défauts que j’ai. Histoire que ce ne soit pas de la triche. Je suis plutôt très rancunière. Je sais, ce n’est pas très beau tout ça mais je n’y peux rien. Il m’arrive de bouder plutôt facilement et je suis légèrement coléreuse.
Histoire



Tübingen, ville située à une quarantaine de kilomètres de la célèbre Stuttgart. C’est ici que je suis née, au sein d’une famille aimante. Rien de bien originale là-dedans vous direz-vous très certainement. Ma vie elle-même n’a rien d’un roman, d’une histoire d’aventure même si, avouons que chaque vie est une histoire, une aventure. Mes parents y sont restaurateurs, tiennent une petite auberge typique dans ce qui demeure une ville universitaire ayant su garder son apparence originelle provenant directement de l’époque médiévale. Depuis toute jeune donc, j’ai eu l’habitude de voir mes parents travailler sans relâche, avec effort et détermination, cultivant ce goût du travail bien fait, accompli.

J’ai eu une enfance plus qu’heureuse entourée d’amis, de camarades de jeux. Je me souviens des anniversaires organisés par mes parents, les après-midis, dans le restaurant familial, transformé en l’occasion pour y faire la fête. Nous avions également des voisins très sympathiques et notre famille était très appréciée dans le quartier. Il faut dire que mes parents s’investissaient énormément pour la vie du quartier, les commerces, ayant rejoint des associations pour continuer d’attirer des touristes et faire découvrir notre belle ville et ses spécialités à un maximum de personnes. Ainsi, vous avez une petite idée de ce que fut mon environnement entourant mon enfance.

Souriante, joueuse, malicieuse et taquine, j’étais une enfant pleine de vie, joyeuse. Pour l’école, j’étais plutôt studieuse, mes parents m’encourageant à bien travailler à l’école pour moi, afin que je puisse faire quelque chose de ma vie. Je me souviens des longues discussions avec mon père, qui tentait, à sa façon et malgré mon jeune âge, de me faire comprendre que bien travailler à l’école, me permettrait plus tard, de choisir plus aisément mon orientation, la vie que je souhaiterai. Et je crois qu’il a plutôt bien réussi. Ils n’ont jamais cherché à me pousser dans une voie ou l’autre, m’imposer un quelconque choix précis pour moi. J’aimais surtout discuter, de tout et rien avec eux. Chez nous, aucun sujet n’était tabou et nous pouvions débattre d’absolument tout, exprimer des idées, réflexions, opinions. Que ce soit politique, religion ou même sexualité. Si ma mère a souhaité que je pratique une activité sportive dès mon plus jeune âge, comme d’ailleurs on nous encourage à le faire dans nos écoles ici en Allemagne, c’est moi et moi seule qui choisie celle qui me conviendrait le mieux. Après avoir essayé le volleyball, la natation, je me suis plutôt orientée vers la gymnastique. Voir les filles s’entraîner ou les compétitions à la télévision me faisaient rêver à l’époque.

À l’adolescence, j’étais déjà une fille plus dissipée, un brin fêtarde. Pour autant, je restais plus que sérieuse dans mes études. J’aspirais à devenir institutrice ou professeur, enseignante. Bénévole dans une association étudiante, qui distribuait des repas, petits déjeuners aux sans-abris, avec les consommables non utilisés au restaurant, ou ceux récupérés sur les marchés, je me suis toujours sentie proche des autres, sociable, éprouvant ce besoin d’apporter quelque chose à la communauté, de tendre la main envers mon prochain. Je ne sais pas réellement d’où me vient ce trait de caractère, de ma personnalité, je sais juste qu’il a toujours été en moi. C’est à cette époque également que j’ai commencé à développer quelques migraines. Bien sûr, nous avons pensé immédiatement avec mes parents à des problèmes de vue. Et si aujourd’hui, après une visite chez un spécialiste, je porte des lunettes, surtout pour regarder la télévision, faire de l’ordinateur ou aller au cinéma, tout ceci n’est pas vraiment très concluant pour moi. J’ai aussi connu mon premier petit copain, décidé d’arrêter la gymnastique.

Tout évolua pour le mieux, pour moi. Des résultats scolaires corrects voir même très bien parfois, des amis pour m’entourer, avec qui m’amuser et un avenir qui s’annonçait radieux. Les vacances, je travaillais au restaurant, en qualité de serveuse, pour aider mes parents. Et même si je dois avouer que si je ne le faisais pas pour l’argent, parce que je n’ai jamais été une fille très attirée par ça, avoir un peu d’argent de poche m’aidait bien. Je n’ai jamais rechigné à travailler de toute façon. Vers mes 18 ans, je suis tombée amoureuse d’une fille de ma classe et ce fut pour moi une petite épreuve. Au fond de moi, quand j’y repense, je crois avoir toujours été attirée par les filles. Peut-être que, simplement, je me refusais de l’admettre. Heureusement, l’on vit aujourd’hui dans un pays, une société où cette attirance est plutôt relativement bien acceptée. Mais l’angoisse de l’annoncer à mes parents, une fois que je fus certaine de moi, restait bien présente. Heureusement, mes parents ont toujours su m’écouter, ont toujours voulu mon bonheur. Et même si je sais qu’ils eurent du mal au départ à cet état de fait, ils ne m’ont jamais rien reproché ni fait sentir de malaise. De toute façon, je préfère me considérer comme bisexuelle, me dire que si je tombe amoureuse, c’est avant tout d’un être humain, d’une personne. D’un ensemble de personnalité, caractère et autres ensembles de choses, qui font et forment une personne, sexuée. Ensuite, peu importe s’il s’agit d’un homme ou d’une femme.

J’ai ainsi pu vivre quelques histoires, alternant entre petit ou petite amie. Jusqu’à entrer en faculté, pour suivre des études de lettres. J’ai eu plaisir à prendre mon indépendance, tout en revenant le plus rapidement possible chez mes parents dès que j’en avais l’occasion. Et je travaillais toujours durant mes vacances au restaurant familial. C’est là, en plein service, un jour d’été, que tout bascula pour moi. Mon père fit un malaise cardiaque, en plein service du midi, devant tout le monde. Si j’avais suivi quelques cours de secourisme, obligatoire durant ma scolarité, je fus totalement paniquée et désemparée devant les gestes à accomplir. Ma mère elle, fut sous le choc, incapable de bouger. Heureusement, un client était présent et médecin de profession. Les pompiers furent rapidement sur les lieux et prirent en charge au mieux mon père, qui fut conduit à l’hôpital. Je vous rassure, aujourd’hui il va bien, se fait soigner et suivre par un cardiologue, notre médecin traitant. Mais je sais que ce jour-là, j’ai eu un déclic en voyant les secouristes intervenir. Une révélation même. C’est ce que je voulais faire. Aider les gens, venir les secourir. Aussi à partir de cet instant-là, une fois mon père sortie de sa convalescence, je me dirigeais vers une formation, une préparation pour devenir secouriste, ambulancière au sein des services de secours. C’est aujourd’hui mon métier, ma passion. Nous formons une petite famille au sein de la caserne et j’aime mon quotidien, qui n’est jamais routinier.

Si les jours ne sont pas tous faciles à vivre, supporter, notamment lorsque nous arrivons trop tard ou qu’une vie nous échappe, nous sommes là pour apporter notre aide, notre savoir, notre secours à ceux qui en ont besoin, sans faire de distinction entre religion, classe sociale ou couleur de peau. C’est ce que j’aime plus que tout. Et ça me correspond bien. Après ma formation initiale puis spécialisation, j’ai effectué deux premières années dans ma ville de naissance. Puis, finalement, j’ai eu envie de bouger un peu, voir autre chose. Alors je suis partie pour la capitale, Berlin. Aujourd’hui, j’habite un petit appartement très sympa, dans un quartier plutôt branché. J’y ai retrouvé deux amies de faculté qui travaillent dans le secteur et la caserne où j’ai été affecté est vraiment intéressante, du point de vue des missions que nous avons. C’est ici que j’en suis, au jour d’aujourd’hui. Notez que je ne me considère pas comme une héroïne, une fille intrépide ou accroc à l’adrénaline non. J’aime ce que je fais parce que je peux y être celle que je suis réellement. Reste que je rêve de voyager, hors de mon pays. France, Norvège, Japon, États-Unis. Qui sait, un jour peut-être.

Tout ça pour dire que ma petite vie simple est plutôt paisible. Et tout est bien dans le meilleur des mondes pour moi. Sauf que depuis quelques semaines, mois, je ne suis plus très sure, des évènements font que je ne suis plus autant sereine et posée. Mes crises de migraines se font plus fréquentes j’ai l’impression. De plus, j’ai l’impression d’avoir des pertes de mémoire. Un exemple pour illustrer mon impression ? Un soir que j’étais fatiguée après une garde intense à la caserne, j’étais allongée sur mon canapé, devant la télévision. Somnolente, je me souviens avoir vu la chaîne de télévision changer toute seule, après avoir réalisé que la télécommande était restée sur la table base. Après y avoir réfléchit, je me suis dit et convaincue finalement que j’avais dû zapper machinalement, sans m’en souvenir car trop abrutie par la fatigue. Mais j’ai vécu plusieurs fois ce genre d’impression. Un texto tapé sur mon smartphone sans me souvenir du moment où je l’ai écrit par exemple. Et toujours ces fichus migraines. Mais là où je commence vraiment à m’inquiéter un peu plus sérieusement, c’est lorsque j’ai l’impression parfois le matin ou le soir, lorsque je suis dans ma salle de bain, devant ma glace, de voir une femme, de mon âge je dirais, brune et qui semble me voir aussi. Comme si à travers mon miroir, j’avais accès à un autre monde ou une autre dimension. Bref, quelque chose de très curieux. Et bizarrement, j’ai comme le sentiment que je ne rêve pas, que ce n’est pas réellement une hallucination. En fait, je ne saurais pas réellement vous l’expliquer mais c’est très particulier et unique comme ressentiment. J’espère que je ne suis pas en train de faire un burn-out…


Cercle : Cepheus.
Maitrise : Technologies.
Capacité : Cyberpathie : Contrôle des objets électroniques à distance proche (lancer des programmes, accéder au contenu d'un ordinateur non verrouillé, envoyer des textos via son téléphone par la pensée...). Contrepartie = l'usage poussé du pouvoir génère des migraines plus ou moins violentes en fonction de son utilisation.
   

Spécificités sensitif

Pseudonyme : /
Âge : 26 ans.
Commentaire : J’ai adoré la série.
Comment as-tu connu le forum ?: Via Ether  :hrt:

Et toi alors ?
avatar
Messages : 18
Âge : 23 ans
Fonction : Secouriste
Cercle : Cepheus
Liens utiles : - Présentation
- Liens
- Chroniques
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Dim 18 Déc - 23:40
Eillieleen Schäfer
Bienvenue jolie jeune femme allemande et sensitive !

Je lirai ta fiche sans doute demain parce que je ne fais plus très confiance à mon cerveau à cette heure mais tu es tout en haut de ma liste ! :ballon:
avatar
Messages : 246
Âge : 35
Fonction : Employé de l'Appel
Cercle : Alpha
Liens utiles : Ma fiche Mes Liens
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Dim 18 Déc - 23:41
Eillieleen Schäfer
Merci mon bel Ether.

Pas de souci, je suis patiente (a)
avatar
Messages : 18
Âge : 23 ans
Fonction : Secouriste
Cercle : Cepheus
Liens utiles : - Présentation
- Liens
- Chroniques
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Mar 20 Déc - 10:19
Eillieleen Schäfer

 

Félicitations !

Te voilà validée ! Cette fois tu es officiellement des nôtres et nous sommes ravis de t'accueillir.

Eillieleen est un perso très authentique et très touchant, j'ai hâte de suivre sa découverte du lien !
Si tu le souhaites on peut t'ajouter un lien avec le PV de ton cercle, tu n'as qu'à demander !

Tu es sans doute pressée de te lancer dans l'aventure. Tu peux recenser ton métier en te manifestant ici. Pour te trouver des amis à détester adorer, la section liens t'offre la possibilité de créer ta fiche perso. Tu peux aussi poster directement dans les demandes en fonction de ce que tu recherches (un rp, un lieu...).

Nous t'attendons déjà dans le Flood pour te féliciter comme il se doit et faire ta connaissance. La chatbox t'est également ouverte.

A très vite !

L'équipe de Sensitifs



avatar
Messages : 246
Âge : 35
Fonction : Employé de l'Appel
Cercle : Alpha
Liens utiles : Ma fiche Mes Liens
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Mar 20 Déc - 13:15
Eillieleen Schäfer
Merci beaucoup pour la validation :p
avatar
Messages : 18
Âge : 23 ans
Fonction : Secouriste
Cercle : Cepheus
Liens utiles : - Présentation
- Liens
- Chroniques
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Jeu 22 Déc - 16:35
Eillieleen Schäfer
Bienvenue parmi nous jolie demoiselle, désolée d'avoir manqué ton arrivée.

Je ne doute pas qu'Ether t'a chouchouté comme il se doit.
avatar
Messages : 226
Âge : 34 ans
Fonction : Pédiatre
Cercle : Eridan
Liens utiles : Ma fiche * Mes Liens
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Lun 26 Déc - 15:16
Eillieleen Schäfer
Bienvenuuuuue ❤️
avatar
Messages : 65
Âge : 35 ans
Fonction : Employée de l'Appel
Cercle : Alpha
MessageSujet: Re: Eillieleen Schäfer Lun 26 Déc - 15:49
Eillieleen Schäfer
Merci beaucoup à toutes les deux pour l'accueil :p
avatar
Messages : 18
Âge : 23 ans
Fonction : Secouriste
Cercle : Cepheus
Liens utiles : - Présentation
- Liens
- Chroniques
Eillieleen SchäferVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Schéma de couleur tyranide. votre avis .
» Schéma de couleur....
» Un Nobz et schéma de boyz WIP
» D30S Schéma électrique
» Mon Armée Peaux-Vertes!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sensitifs :: Le commencement :: Le Registre :: La cour des Grands-
Sauter vers: